Tenue correcte exigée ? Les dress codes au travail.

Aujourd’hui dans le tertiaire,  les dress code au travail sont de moins en moins formalisés. La frontière entre sphère privée et sphère professionnelle s’estompe et la distinction entre les dress codes en devient de moins en moins marquée.  Ce phénomène joue en faveur de plus de décontraction au travail.

« On a sans doute aujourd’hui beaucoup plus la possibilité de passer des messages dans sa façon de s’habiller, comme l’affirmation de sa personnalité et de son image professionnelle », observe Xavier Malartre, consultant manager chez CCLD Recrutement, dans un article de La Tribune.

S’il permet d’affirmer sa personnalité, le style vestimentaire que l’on adopte au travail permet aussi à un collaborateur de s’intégrer à l’entreprise et de véhiculer une image cohérente avec la philosophie de cette dernière. Ce rapport au style vestimentaire est souvent influencé par la culture (ex: start-up versus Grands groupes)  et l’environnement de travail : dans la majorité des cas, les collaborateurs d’une start-up se sentent libres de choisir leurs tenues vestimentaires et adopter un style décontracté. Ce style se fond dans des environnements qui intègrent de plus en plus les codes de l’habitation, et où l’on se sent d’ailleurs souvent comme à la maison ! Dans les grands groupes, les dress code sont souvent plus conventionnels, et on tend vers des styles qui demeurent assez sobres et sans risque.

OfficeRiders décrypte aujourd’hui les dress codes dans les milieux de travail qui ne nécessitent pas d’uniforme adapté. Et vous, quelle sera votre tenue pour demain ?

Un style conservateur sans prise de risque, inspirant confiance et sérieux

Le droit, la finance, l’immobilier, par exemple, sont des domaines de travail qui doivent inspirer à leur clientèle un climat solennel et de confiance. Sauf exception, le dress code pour un métier de service comme ceux cités plus haut est donc assez restreint et précisément définit avec des codes à respecter : le costume – (cravate) pour les hommes et le tailleur – talons pour les femmes. Les environnements de travail dans ces domaines sont souvent des cabinets privés ou des agences en open space dans lesquels prospects et clients sont susceptibles de venir chaque jour. Il est donc primordial de s’accorder à cet environnement par soucis de cohérence et pour être à peu près sûr de ne pas se tromper !

La tenue idéale : le costume ou le tailleur.

Une tenue correcte où l’on se sent bien, et qui reflète la philosophie de son entreprise

Dans un métier où le relationnel est clef, comme le commerce ou la gestion d’espace de vente,  un collaborateur se doit de refléter l’image de son entreprise à la perfection, et cela passe par une tenue jugée “correcte” ou “adéquate”. Cependant, on trouve un peu plus de liberté dans le choix des vêtements car il est rare que l’on impose un style classique ou trop sobre, à l’exception des boutiques de luxe. Souvent, il est imposé de porter des vêtement de la marque en question si il s’agit d’une boutique de mode. En revanche, libre aux employés de porter des baskets si elles sont propres ! C’est un style qui impose une certaine prestance et une bonne présentation, qui demande à rester sobre et passe-partout sans pour autant obliger le port d’une cravate ou d’escarpins.

La tenue idéale : un style propre, des vêtements soignés et confortables, où l’on se sent à l’aise.

Les métiers créatifs :  la “branchitude” avant tout !

Publicité, graphisme, mode, architecture, tous ces milieux portent une grande importance à l’allure et au style. En effet, pour exercer ce genre de métier, il faut déjà avoir une sensibilité esthétique et savoir se distinguer. Les créatifs sont libres de s’exprimer par leur vêtements, et c’est plutôt attendu ! Dans ces milieux, la tenue de travail est l’un des vecteurs qui contribue à signaler singularité et créativité : ici, on abandonne la cravate, et on travaille souvent dans des espaces eux mêmes créatifs : des lofts, des ateliers d’artiste, qui invitent leurs occupants à se fondre dans des décors originaux… En revanche, dans la mesure où un créatif traite souvent avec une diversité de clients, il est souvent indispensable de s’adapter à sa cible, et de déroger parfois à un style trop personnel.

La tenue idéale : Un style personnel dans la tendance, avec une petite touche de folie, politiquement correct.

 

Les métiers artistiques : la seule règle est qu’il n’y a pas de règles.

Un artiste n’a aucun compte à rendre sur sa tenue vestimentaire car il ne se soucie pas de plaire. Dans un procédé intellectuel, il part du principe que l’on doit prêter attention à son oeuvre plutôt qu’à son style. Un musicien, comédien, écrivain, etc, ne s’adonne pas à rentrer dans un moule socialement pré-conçu pour chaque catégorie sociologique.

Si vous avez un métier dont le dress code ne vous convient pas,  et que vous avez besoin d’un style marginal, alors vous avez peut-être encore le destin d’un artiste.

La tenue idéale : le “radical Self-expression” au quotidien, ce que vous avez toujours rêvé de porter, assumé au quotidien.

La nouvelle tendance ?  le Naked Friday

Vendredi tout est permis ! Quoi de mieux pour rebooster vos équipes, et briser la glace, que de les laisser se reconnecter à la nature en travaillant…. nus comme de vers ! On oublie le “Casual Friday” qui consiste à s’habiller “relax” au travail. Pour renforcer les liens entre collègues, la tendance serait de tomber la chemise… et le reste.

“En retirant  ses vêtements, on se défait de nos inhibitions, on se parle plus ouvertement, plus honnêtement!” Tels étaient les propos tenus par le psychologue David Taylor, spécialiste du travail en entreprise, lors du lancement du Naked Friday, en 2009. Un concept presque tentant mais en creusant un peu, on réalise que cette idée vient d’une blague de 1er avril conçue pour buzzer par le Web magazine de San Francisco, The Bold Italic en avril derneir.

Réservez des espaces de travail qui correspondent à votre style sur OfficeRiders !

 

 

Loading Likes...