Ces lieux abandonnés à qui l’on donne une seconde vie

Alors que poussent ici et là toujours plus de nouveaux immeubles, de nouvelles habitations ou structures, on en oublierait celles construites hier, puis délaissées. Hôpitaux, châteaux, usines…Ces lieux abandonnés extraordinaires sont pourtant la proie des adeptes d’explorations urbaines sous le charme des effets du temps : ils deviennent alors le terrain de jeux d’artistes, photographes, et autres curieux. De l’autre côté de la barrière, ces espaces désaffectés sont souvent ré-investis et leurs fonctions premières sont détournées…Ils vivent alors une nouvelle vie.

L’effet Apolypse now est à la mode

C’est un style qui a la côte sur les réseaux sociaux tant les tutos se multiplient. L’urban exploration ,qui se définie par la visite de lieux construits par l’homme et interdits d’accès, englobe des pratiques très différentes. Il y a ceux qui préfèrent se rendre sur les toits (toiturophilie), les carrières souterraines (cataphilie) ou encore s’adonner à l’infiltration (des lieux encore en activité).

Le photographe David de Rueda

Mais la visite des lieux abandonnés se pratique dans un tout autre esprit. Le frisson est différent : il n’est plus lié au goût du risque, mais plutôt à une forme de poésie funèbre. Un théâtre abandonné, un parc d’attractions déserté, une maison qui tombe en ruine… Ce ne sont pas des décors sortis de “The Walking Dead” mais bel et bien une réalité. L’explorateur se retrouve avec le sentiment privilégié de découvrir une humanité désertée ou détruite. Un lieu où la nature aurait repris ses droits et où seul résonne le silence.

Ces lieux abandonnés presque oppressants retrouvent alors une seconde vie donnée par des photographes. Ils s’aventurent sur ces lieux interdits d’accès pour en capturer l’âme tout en les gardant le plus secret possible. Car s’ils partagent leurs photos, l’adresse où la localisation ne sont jamais révélées ; seuls quelques indices sont laissés au hasard, comme une chasse au trésor.

L’urbex devient alors ce nouveau “fight club” dont la principale règle serait “ni vu, ni connu”. Tout un code de conduite est à respecter lorsque l’on pratique l’Urbex notamment laisser le lieu comme on le trouve, être respectueux et discret, être alerte au danger et méfiant.

Le silence est donc d’or et la résurrection de ces lieux reste de l’ordre de l’esthétique. Ambiance…

Usine en ruine

Usine en ruine

Une dose de lifting sur l’architecture : lorsque les espaces se recyclent

Que se passe-t-il lorsque ces espaces s’ouvrent au grand public ? Les idées bouillonnent pour les transformer et les remettre sur pied : Mr. Bricolage retrouve sa popularité lorsque la rénovation est au goût du jour.
C’est dans une perspective écologique et sociale que les espaces abandonnés trouvent un second souffle ; la plupart du temps, ils bénéficient de fondations fiables et efficaces pour réduire la consommation énergétique. Du vieux et du solide s’il vous plaît !

Au-delà d’une démarche consciencieuse, si le recyclage d’espace se multiplie c’est surtout parce qu’il plaît; la nouvelle tendance, c’est la friche à la Berlinoise. À Paris, de nombreux lieux ont trouvé une seconde vie : l’Aérosol, les Grands Voisins, le Ground Control. En province aussi les espaces se transforment : à Bordeaux, l’espace Darwin s’installe dans une ancienne usine pour reconstruire un écosystème d’associations et recréer du lien social toujours en esthétisme.

A croire que le recyclage d’espace ne gomme jamais leur dimension artistique et poétique !

L’espace Darwin à Bordeaux

L’espace Darwin à Bordeaux

En creusant du côté de l’atypique, Buzzly donnent des exemples de transformations étonnantes : un avion devient un terrain de jeux pour enfants, une église se métamorphose en bibliothèque…

Les villes en profitent pour investir les citoyens et les inciter à imaginer les espaces de demain. Début novembre 2017, Nantes lance son projet “15 lieux à réinventer avec les Nantais” afin de redonner à ses habitants “les clefs du patrimoine”. En mai dernier, c’est la capitale Française qui parlait de s’attaquer à ses dessous pour transformer les métros et sous-terrains en galeries d’art, restaurants, structures sportives ou culturelles.

Mixer les tendances : entre lieux abandonnés et seconde vie d’espace

Et pourquoi seuls les lieux abandonnés pourraient-ils trouver une seconde vie ? Tout le monde a le droit à une seconde chance. Des espaces de la vie quotidienne trouvent un second usage notamment grâce à l’économie collaborative. Alors que chez Airbnb, les espaces habités sont optimisés pour les nuitées, OfficeRiders propose de louer son espace en journée lorsqu’il est inutilisé pour des usages professionnels : pas moins de 30 millions de m2 sous-utilisés selon cette étude.

C’est ainsi que la start-up décide de mixer les tendances pour suggérer un “team-building fantôme” au sein d’un théâtre et hôpital abandonnés, à l’occasion d’Halloween.

En savoir plus sur ce team-building fantôme

Loading Likes...