Les lois du travail insolites đŸ€“

Les lois françaises et internationales concernant le travail ont pour objectif de protĂ©ger les employĂ©-e-s ainsi que leurs employeurs. Afin de ratisser toutes les possibilitĂ©s, certaines lois semblent quelque peu loufoques. Pourtant, il n’y a pas que les lois qui indiquent d’Ă©tranges pratiques, devenues normales Ă  nos yeux…

Le lobby du poiré en action

Par exemple, en France, l’alcool fort est interdit au travail pour protĂ©ger les employĂ©-e-s sur la route du retour Ă  l’issue, par exemple, d’un pot de dĂ©part trop arrosĂ©. En revanche, l’article R228-20 autorise la biĂšre, le vin et le poirĂ© – pas sĂ»r que cela suffise pour Ă©viter l’Ă©tat d’Ă©briĂ©tĂ© !

 

J’veux du soleil

Nous passons le plus clair de notre temps au sein de nos bureaux, n’est-ce pas ? C’est en sens que la loi allemande prĂ©voit avec grande bienveillance que chaque employĂ©-e doit pouvoir voir le ciel depuis son bureau, mĂȘme si c’est juste “un petit peu”. Jamais sans ma lucarne ! Il est d’ailleurs prouvĂ© que la lumiĂšre affecte de maniĂšre extrĂȘmement positive la productivitĂ© et surtout notre moral !

 

Une sombre histoire de poissons

Du cĂŽtĂ© de Liverpool, le mystĂšre reste entier quant Ă  l’origine de la loi qui dispose d’une interdiction pour une femme de travailler seins nus, sauf si elle est employĂ©e dans un magasin de poissons tropicaux. Improbable, mais vĂ©ridique.

 

 

Dans la rĂ©alitĂ©, il n’y a pas que les lois qui dictent les codes du travail, aussi contre-productifs soient-ils ! Il y a aussi les codes de l’entreprise, la morale ou encore la pression sociale.

Il est 18H, t’as pris ton aprem ?

Pour commencer, l’un des flĂ©aux, notamment dans les entreprises françaises n’est autre que le prĂ©sentĂ©isme. Contrairement Ă  l’absentĂ©isme, il fait rĂ©fĂ©rence Ă  un comportement qui pousse les employĂ©-e-s Ă  rester toujours plus longtemps sur le lieu de travail. Aussi confortable puisse-t-il ĂȘtre, le lieu de travail n’est pas notre lieu de vie. Pourquoi sommes-nous poussĂ©-e-s au prĂ©sentĂ©isme ? Tout simplement car la pression sociale nous pousse Ă  culpabiliser lors d’un dĂ©part soi-disant prĂ©maturĂ© des bureaux. C’est pourtant une tare qui coĂ»te plus cher encore que l’absentĂ©isme. Selon Le Monde, ce phĂ©nomĂšne se hisse entre 6,4% et 9,2% comparativement Ă  l’absentĂ©isme qui malgrĂ© sa hausse de 7,4% est Ă©valuĂ© Ă  4,59% (2014). Son coĂ»t ? Pas moins de 10 milliards d’euros pour les entreprises.

 

 

En effet, qui dit prĂ©sentĂ©isme, dit insatisfaction au travail, fatigue extrĂȘme, surinvestissement, baisse de la productivitĂ© et surtout : prĂ©misses de l’absentĂ©isme. Ne connaissez-vous donc aucun collĂšgue qui, en venant au travail malade, fut considĂ©rĂ© comme Superman ? Alors qu’il envoie partout ses petites bactĂ©ries et ses virus qui auront raison de votre bonne santĂ© ? Vous avez fini de travailler ? Rentrez chez vous !

Le télétravail

La pratique du tĂ©lĂ©travail se dĂ©mocratise peu Ă  peu et certains contrats incluant un ou plusieurs jours par mois en Home Office voient le jour. MalgrĂ© cela, la perception de ce dernier reste encore bien nĂ©gative avec un problĂšme : le manque de confiance entre les employĂ©-e-s et les employeurs. Pourtant, cela permet aux employĂ©-e-s de perdre moins de temps dans les transports, de se sentir valorisĂ©, d’avoir accĂšs Ă  un environnement plus propice Ă  la concentration et moins stressant afin de fournir du travail de qualitĂ©.

 

Profite bien, mais reste joignable 😉

C’est l’enfer Ă  la plage, aou-tcha-tcha-tcha ! La mĂȘme histoire se rĂ©pĂšte pour le droit Ă  la dĂ©connexion qui malgrĂ© son application dans la loi El Khomri d’aoĂ»t 2016 n’est absolument pas respectĂ©. “Je reste joignable”, “N’hĂ©site pas si tu as des questions“, “Je regarderais mes mails dĂšs que je serais posĂ©-e sur la plage” : non, non, non ! Lorsque vous ne coupez jamais avec votre travail, aussi plaisant soit-il, votre cerveau ne pourra pas se reposer, continuer Ă  ĂȘtre inventif et productif sur le long terme.

 

 

D’ailleurs, sachez que vous pouvez thĂ©oriquement ĂȘtre poursuivi pour cause de travail durant vos congĂ©s selon l’article D3141-2 du Code du travail.  «Le salariĂ© qui accomplit pendant sa pĂ©riode de congĂ©s payĂ©s des travaux rĂ©munĂ©rĂ©s peut ĂȘtre l’objet d’une action devant le juge d’instance en dommages et intĂ©rĂȘts envers le rĂ©gime d’assurance chĂŽmage». Pourquoi ? Vous privez potentiellement des demandeurs d’emploi d’un travail qui aurait pu leur ĂȘtre confiĂ©.

Inégalité de tissu

Car la morale et les habitudes ont la vie dure, les messieurs ont la peau qui colle. En effet, canicule ou non, nombreuses sont les entreprises qui prohibent le port du short (hors raison de sĂ©curitĂ©) malgrĂ© les degrĂ©s affolĂ©s ! Si les femmes ont tout le loisir de venir en jupe, en robe et les pieds dĂ©couverts, les hommes doivent se cantonner au pantalon, Ă  la chemise et parfois mĂȘme Ă  la veste de costume qui pĂšse (trĂšs lourd) par temps caniculaire. On vous Ă©pargnera les dĂ©tails. Si certains tentent de combattre cette pratique, ce n’est pas encore gagnĂ© !

 

Les pauses de l’enfer

“Comment ? Tu prends une pause ? Tu y es allĂ© il y a 2H Ă  peine ?” Si les pauses rĂ©glementaires prĂ©vues par le Code du Travail ne dĂ©passent pas 20 minutes tous les 6H, nous restons convaincus qu’elles doivent ĂȘtre plus libĂ©rĂ©es. La raison est simple : notre capacitĂ© de concentration n’excĂšde pas 30 minutes, et encore. Les plus performants d’entre nous atteignent les 52 minutes de concentration suivies de 17 minutes de repos – ces personnes les plus performantes le sont car elles sont notamment loin de leur Ă©cran. Exit les distractions numĂ©riques omniprĂ©sentes.

 

 

Les pauses, surtout en extĂ©rieur ou dans un environnement diffĂ©rent que celui du bureau (quittez votre ordinateur, scroller Facebook ou Instagram n’est pas reposant pour votre cerveau) sont extrĂȘmement bĂ©nĂ©fiques pour la productivitĂ©, la concentration et l’inventivitĂ© Ă  court, moyen et long terme. Elles vous sont reprochĂ©es ? N’hĂ©sitez pas Ă  prouver leur utilitĂ© et Ă  inclure ce type de bonnes pratiques au sein de votre entreprise ! Vous pouvez Ă©galement apprendre Ă  travailler sur votre concentration afin d’en Ă©largir le spectre grĂące Ă  plusieurs mĂ©thodes. Pensez aussi Ă  rythmer vos journĂ©es grĂące Ă  des activitĂ©s de team-building et de grands bols d’air ! 

 

Chez OfficeRiders, nous sommes ambassadeurs du bien-ĂȘtre au travail. Non parce que c’est “cool” et tellement “start-up nation”, mais car nous sommes profondĂ©ment convaincus qu’un employĂ© heureux est un employĂ© engagĂ©. MotivĂ©. FidĂšle. La bonne entente et l’implication au sein de l’entreprise dĂ©pendent des comportements positifs de chacun, qui peut devenir moteur pour lui-mĂȘme ainsi que pour toute la dynamique de l’Ă©quipe. N’hĂ©sitez pas Ă  ĂȘtre prescripteur des bonnes pratiques, Ă  encourager la recherche de l’Ă©quilibre entre vie pro et vie perso, Ă  dĂ©culpabiliser les employĂ©s qui font leur travail de maniĂšre appliquĂ©e et Ă  ouvrir les frontiĂšres des codes du travail instaurĂ©es par une morale, parfois un peu trop rĂ©ductrice.
Loading Likes...