Le paradigme du Tupperware

Travailler chez les autres, c’est dans la nature humaine. La preuve par 5…

Réunion Tupperware dans les années 50

Réunion Tupperware dans les années 50

Pourquoi vous enfermer chez vous ou dans un bureau sans âme quand vous pouvez aller travailler chez quelqu’un d’autre ? Initiatrice des fameuses réunions Tupperware, la businesswoman américaine Brownie Wise avait bien compris une composante fondamentale de la nature humaine : le plaisir de bosser chez un particulier — et, réciproquement, celui d’accueillir des travailleurs chez soi. Eh oui, en ces temps troublés, vous devriez considérer les Tupperware comme un phare dans la nuit. Un véritable paradigme, décliné ici en 5 profils-types de “travailleurs chez l’habitant”.

1. Les natifs

Le prototype du travailleur chez l’habitant, c’est bien évidemment l’employé de maison. Un véritable “pure player” du travail chez autrui, type Tony Micelli dans Madame est servie. Les exemples sont nombreux dans la grande culture classique : majordome (comme Alfred chez Batman), gouvernante (comme Madame Doubtfire chez son ex), nounou (comme Fran Fine chez Monsieur Sheffield)…

Et puis, il y a aussi les travailleurs chez l’habitant dits “nomades”, des artisans qui n’hésitent pas à changer d’appart régulièrement pour exprimer leur talent sous toutes les latitudes — tels les plombiers, les carreleurs, les serruriers ou les call-girls.

Tony Micelli, le pionnier du travail chez l’habitant

2. Les subversifs

Vous avez forcément déjà entendu parler (a minima) des réunions sextoys, très largement inspirées des réunions Tupperware — avec un petit côté “out of the (plastic) box”. Ces soirées technico-commerciales, qui font vibrer dans les chaumières, donnent la possibilité à des “ambassadrices” de faire leur travail de vente chez l’habitante, dans un esprit d’ouverture et de transparence. Un partenariat gagnante-gagnante, puisque l’hôtesse est généralement rémunérée pour son accueil.

Un tuto en anglais qui fleure bon le plastique

3. Les créatifs

Grâce à Artzup, vous allez pouvoir faire sensation la prochaine fois que vous inviterez des amis à la maison. Le site vous permet en effet de transformer votre appart en galerie d’art. Vous choisissez un artiste, vous le “réservez” et il vient exposer temporairement ses œuvres chez vous. Il viendra même les présenter en personne à vos convives, pour un petit “happening” stylé en guise d’apéro. Ainsi, les artistes viennent en quelque sorte bosser chez l’habitant. Quant à vous, vous brillez en société, vous découvrez des artistes sans vous déplacer et vous pouvez acheter leurs œuvres moins cher qu’en galerie. Comme aiment le dire ses fondateurs : “Avec Artzup, vous gagnez sur tous les tableaux !”.

L’art de travailler chez l’habitant

4. Les festifs

La Cour de cassation a estimé en 2009 que la participation à un programme de télé-réalité constitue un emploi à part entière — impliquant rémunération, contrat de travail et tutti quanti. Vous connaissez donc le meilleur job du monde chez l’habitant : Lofteur !

Un grand moment d’Histoire et de Culture

5. Les gustatifs

Faire la cuisine dans la cuisine d’un autre, c’est possible ! Avec l’Appartelier, vous disposez d’un appartement de 85 m², dans le 3e arrondissement de Paris, pour aller exercer votre “métier” d’apprenti-cuistot. Quitte à salir une cuisine pour un repas entre amis, autant que ce soit chez quelqu’un d’autre. Et puis, au moins, vous disposerez de tout le matériel d’un vrai professionnel et d’un espace d’expression culinaire un peu plus vaste que le plan de travail de votre kitchenette. Bon, OK, dans ce cas précis, vous n’allez pas vraiment chez un particulier ; mais le concept pourrait tout à fait se décliner dans de vrais apparts, habités par de vrais gens férus de gastronomie et sur-équipés en matériel de cuisine.

C’est vous le chef

6̶. L̶e̶ ̶p̶a̶r̶a̶g̶r̶a̶p̶h̶e̶ ̶c̶o̶m̶p̶l̶è̶t̶e̶m̶e̶n̶t̶ ̶b̶a̶r̶r̶é̶

̶S̶i̶ ̶c̶e̶t̶ ̶a̶r̶t̶i̶c̶l̶e̶ ̶n̶e̶ ̶v̶o̶u̶s̶ ̶a̶ ̶t̶o̶u̶j̶o̶u̶r̶s̶ ̶p̶a̶s̶ ̶e̶n̶d̶o̶r̶m̶i̶,̶ ̶o̶f̶f̶r̶e̶z̶-̶v̶o̶u̶s̶ ̶u̶n̶e̶ ̶p̶a̶u̶s̶e̶ ̶s̶i̶e̶s̶t̶e̶ ̶a̶v̶e̶c̶ ̶c̶e̶t̶t̶e̶ ̶v̶i̶d̶é̶o̶,̶ ̶s̶p̶é̶c̶i̶a̶l̶e̶m̶e̶n̶t̶ ̶s̶é̶l̶e̶c̶t̶i̶o̶n̶n̶é̶e̶ ̶p̶o̶u̶r̶ ̶v̶o̶u̶s̶ ̶a̶n̶e̶s̶t̶h̶é̶s̶i̶e̶r̶ ̶p̶a̶r̶ ̶l̶e̶ ̶s̶i̶t̶e̶ ̶e̶s̶p̶a̶g̶n̶o̶l̶ ̶N̶a̶p̶f̶l̶i̶x̶ ̶(̶q̶u̶i̶ ̶s̶e̶ ̶p̶r̶é̶s̶e̶n̶t̶e̶ ̶c̶o̶m̶m̶e̶ ̶“̶l̶e̶ ̶N̶e̶t̶f̶l̶i̶x̶ ̶d̶e̶ ̶l̶a̶ ̶s̶i̶e̶s̶t̶e̶”̶)̶ ̶:̶

Le monde magique des Tupperware

 

Et vous, quel est votre profil de “travailleuse/travailleur chez l’habitant” ? Dites-le nous sur Facebook en cliquant ici. On se chargera de vous trouver un espace de travail adapté à votre profil.

Avec OfficeRiders, choisissez votre espace de travail alternatif, chez l’habitant, en mode privatisé ou en coworking.

Loading Likes...